INA01, un anticorps monoclonal pour le traitement des cancers avancés

Le cancer est la première cause de mortalité chez l’homme

Le cancer touche 12 millions de nouveaux patients chaque année dans le monde entraînant 8 millions de décès par an (World Health Report 2008). Issu de la recherche biomédicale, l’anticorps monoclonal INA01 est un traitement des cancers avancés sans alternative thérapeutique.

INA01, un anticorps monoclonal pour une thérapie anticancéreuse ciblée

Dans un premier temps, INA01 est développé dans les maladies orphelines telles que les leucémies ou les lymphomes, puis dans des cancers plus fréquents.

INA01, une action innovante et ciblée sur les cellules cancéreuses

INA01 asphyxie les cellules cancéreuses en les privant d’un carburant essentiel, le Fer tout en épargnant les cellules saines.

Le fer, un carburant essentiel à la vie des cellules

Une cellule normale a un besoin en fer faible. Le fer est transporté dans le sang par une protéine, la transferrine. La transferrine et son fer se fixent sur un récepteur présent à la surface de la cellule (récepteur CD71). Une cellule normale possède une faible densité de récepteurs CD71 à sa surface.

Les besoins accrus en Fer des cellules cancéreuses

Une cellule cancéreuse a un métabolisme cellulaire très actif et nécessite plus de fer pour sa respiration et sa multiplication. La cellule cancéreuse exprime alors fortement le récepteur à la transferrine (CD71) à sa surface membranaire, permettant une captation du fer adaptée à ses besoins. Bien alimentée en fer, la cellule cancéreuse assure sa respiration et sa prolifération cellulaire.

L’action sélective d’INA01 sur les récepteurs à la transferrine des cellules cancéreuses

L’anticorps monoclonal INA01 se fixe préférentiellement sur les nombreux récepteurs à la transferrine (CD71) des cellules cancéreuses. INA01 empêche la fixation de la transferrine sur son récepteur. INA01 bloque ainsi l’entrée du fer dans la cellule. Cette carence en fer entraîne l’asphyxie de la cellule cancéreuse et sa mort par apoptose (suicide cellulaire).

INA01 épargne les cellules saines

Les besoins en fer des cellules saines sont faibles. Elles possèdent peu de récepteurs à la transferrine (CD71). Dans ce contexte de faible densité en récepteurs, la transferrine a une affinité plus forte que celle de l’anticorps INA01INA01 ne se fixe donc pas sur les récepteurs des cellules saines qui gardent une alimentation en fer adaptée à leur activité cellulaire.

Un traitement anticancéreux prometteur

En agissant sur le métabolisme de la cellule cancéreuse, Inatherys franchit une nouvelle étape dans le traitement des cancers avancés et sans alternative thérapeutique.